Hé oui, l'élevage c'est "se faire du blé sur le ventre de nos chats", c'est "alimenter les refuges", c'est "profiter de nos animaux pour nous enrichir", c'est "honteux" ... mais pas que :-))

 

Ben oui parce que pour la majorité des petits éleveurs que je cotoie, ça donne plutôt "Bouhhh, je suis en manque de chatons !!!" 6 à 9 mois sur 12 ! C'est dire tout le profit qu'on en tire !

Quand il y a des chatons, c'est la course, un peu à beaucoup de stress et de soucis, de l'énervement, beaucoup d'émerveillement et énormément d'endorphines pour qu'on ait le courage de recommencer. C'est bien connu, les endorphines c'est addictif ! Les endorphines vous font oublier l'angoisse de la mise bas, les nuits de veille à surveiller que maman ne déplace pas les bébés et ait assez de lait, le biberonnage toutes le 3-4 heures si y'en a pas assez dans l'outre sur pattes, le retard chronique sur toutes les activités de la journée parce qu'on a oublié de sortir de la transe qui nous saisit quand on est dans la nurserie, les lessives et la vaisselle à gogo au moment du sevrage, la course permanente entre boulot, véto, courses, ménage, maternage et le peu d'heures qu'il reste pour tenter de dormir en ressassant tout ce qu'il y a à faire dans les heures à venir. Bref, les chatons, c'est du boulot !

 

Et quand il n'y a pas de chaton, tout va bien me direz vous donc ?

 

Quand il n'y a pas de chaton ça donne ça :

31 décembre, RDV véto pour une journée courbe de glycémie pour Ti-Taz.

2 janvier RDV véto pour une journée courbe de glycémie pour Ti-Taz.

5 janvier Guiness démarre des chaleurs et je l'installe dans la chambre avec Ti-Taz (qui largue des bombes chimiques 1 à 2 fois par jour depuis qu'il est aux croquettes diabetic de RC). Guiness en-merde-chante mes nuits chaque fois que Ti-Taz se lève pour aller boire/manger/pisser soit toutes les 1/2 heures à peu près pendant que Bantù s'exite tout seul de l'autre côté de la porte en version chanteur mort d'amour et roucoulades de satané pigeon.

7 janvier, RDV véto pour la pose de l'implant contraceptif pour Bantù mais fausse alerte, ils étaient en rupture de stock d'implant donc j'ai juste repris des seringues pour les injections de Ti-Taz et un RDV pour Bantù pour le 14.

11 janvier, RDV ostéopathe pour Ti-Taz, si ça ne fait pas de bien ça ne peut pas faire de mal et c'est comme avoir une patte de lapin albinos, un trèfle à 4 feuilles et quand même adresser une prière à une des quelconques béquilles mentales de l'humanité. Bref, on y croit, les animaux sont plus réceptifs et pour le coup, on ne peut pas accuser l'effet placebo si ça fait du bien.

11 janvier toujours, Safira vomit pour la 3ième fois en 2 jours, elle intègre la chambre avec Ti-Taz, Guiness et moi pour une surveillance rapprochée. Petit contrôle visuel : le derrière est propre, elle est toujours dodue comme une oie de fin d'année, elle n'a pas de gingivite et elle n'a à priori pas d'ictère. Les poils peut-être ? Ah, mais elle relève un peu trop le derrière quand je la gratouille aussi ! A surveiller. Quasi 2 ans qu'elle est sous implant.

12 janvier, Bantù roucoule après Ever et je trouve des touffes de poils dans les escaliers et dans le cou d'Ever. Ever intègre la chambre avec Ti-Taz, Guiness, Safira et moi. On dirait une de ces chansons ou après chaque couplet on rajoute un mot ou un bout de phrase et il faut s'en souvenir pour le suivant sinon on a un gage ! Les nuits commencent à être agitées, bruyantes et remplies de l'ancestrale crainte du "pipi sur le lit" dont mes femelles me punissent pour leurs poussée hormonale dès qu'elles ont accès à mes couettes. Mes cervicales et mes lombaires entamment un mouvement de protestation musclé soutenu par le syndicat du dos qui proteste contre : Ti-Taz qui dort contre mon cuir chevelu et envahi mon oreiller, Guiness qui me colle par l'oreiller droit, Safira qui me lèche les mollets à longueur de nuit parce qu'elle aime dormir SOUS la couette ET lécher chaque morceau de peau auquel elle accède (en bavant copieusement !), Ever qui vadrouille et semble préférer dormir à cheval sur ma cheville droite sur la couette.

13 janvier, RDV véto pour une journée courbe de glycémie pour Ti-Taz.

14 janvier, RDV véto pour Bantù et la pose de l'implant.

..... et on n'est que la première quinzaine de l'année =^_^=

Entre temps, y'a les litières à faire, les pipis par terre avec surenchère de Gaïa et des garçons, les vomis dans les escaliers, les poubelles fouillées, les cacas dans la douche, les grains de litière qui collent aux pattes, aux pieds, volent et s'incrustent sur chaque cm² de la maison, les poils qui volent ou pire, qui se prennent dans une flaque de pipi par terre pas encore détectée, les balais, la serpillère, l'usage abusif et anti-écologique du sopalin et des produits de nettoyage, les noeuds dans les colerettes, les cacas d'yeux, les cacas tout court qui collent aux poils des fesses et font de grandes traces de freinage quand les chats incriminés tentent en vain de s'en débarasser en faisant le traineau.

Entre temps il y a les plans d'élevage bâtis sur et pour des années qui partent en fumée à la suite du résultat complètement inattendu d'un test, il y a les chats qui meurent subitement sans préavis en tranchant directement dans le myocarde du bipède, il y a les chiens qui s'en vont à leur tour avec leurs années d'amitié, il y a les petits vieux qui ne sont plus aussi en forme qu'avant, il y a les factures, encore et toujours et le compte dans le rouge (c'était pour la rime même si ce n'est pas faux tous les mois).

Entre temps il y a les recherches pour rebâtir un plan d'élevage, trouver des matous qui nous plaisent, dont les éleveurs sont sérieux, prier pour qu'en plus ils soient assez curieux pour se faire leur propre opinion sur les gens, sur les chats et .... croiser les doigts.

L'élevage, c'est .... passionnant ! C'est épuisant, c'est bouleversant !

 

J'ai essayé de me mettre à courir parce qu'il parait que ... mais non, y'a pas à tortiller, ça ne fait pas pareil.

Bref, vive les endorphines !!!